Simon Chkheidze

Simon Chkheidze



Le domaine de Simon Chkheidzeest situé à Obcha, en Imereti, Géorgie Occidentale.
Mamuka et son frère Nugzar ont créé le domaine en 2008, à la mémoire de leur père, Simon, vigneron réputé dans l’Ouest de la Géorgie.
Les deux frères sont de grands défenseurs de la méthode traditionnelle ancestrale géorgienne.
Le vignoble a une superficie de 3,5 h.
Les vignes sont conduites en culture bio, sur un sol alluvial-carbonaté, en pente d’Est en Ouest.
Les cépages sont : tsitska, tsolikouri, krakhuna et otskhanurisapere. Les vinifications et élevages sont réalisés en Qvevri.
Le domaine est membre de la Natural Wine Association of Géorgia depuis 2017.
Il contribue à promouvoir les vins géorgiens dans le monde entier.
Nini, la fille de Mamuka, est très impliquée dans la promotion de vins de la famille, mais aussi des vignerons géorgiens qui travaillent naturellement.
J’ai rencontré Nini et Mamukaen 2019.
L’accueil est inoubliable ! La maison est lovée dans un endroit hors du temps.
Une atmosphère de bienveillance se dégage de cette belle bâtisse familiale ainsi qu’un mélange de tradition et de modernité.
La cave de stockage est située sous la maison, bercée est permanence par les chants géorgien.
Simon Chkheidze wine cellar à Obcha en Imereti Un peu d’histoire…
Le Qvevri a une histoire de 8000 ans.
La Géorgie serait le premier pays producteur de vins.
Des archéologues ont récemment découvert des résidus de vin dans jarres. La datation de cette trouvaille est de l’époque néolithique.
C’est à partir de ce moment que l’humain commence à cultiver la terre, faire de l’élevage et fabriquer des poteries.
On trouve en Géorgie, plus de 500 cépages différents.
Le climat est propice, doux et modéré, ensoleillé, l’air humidifié par la proximité de la mer Noire.
Un véritable paradis pour les vignerons.
La méthode de fabrication du vin géorgien dans le Qvevri a obtenu le statut de monument du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO en 2013.

« La notion de patrimoine culturel immatériel est apparue au début des années 1990,
après les recommandations de 1989 sur la protection des cultures traditionnelles,
et en contrepoint du patrimoine mondial tourné essentiellement vers les aspects matériels de la culture. »

close

Wishlist